browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Accueil

« Une vie dans une vie », c’est deux amoureux qui voyagent un an en Nouvelle-Zélande. C’est un rêve commun qui devient réalité.Kiwi


 « Une vie dans une vie »,  qu’est-ce que ce nom saugrenu ?


N’êtes-vous jamais rentrés d’un voyage d’une ou quelques semaines, avec l’impression que celui-ci à duré bien plus, un mois voire plusieurs  ? Que vous soyez un grand baroudeur ou pas, vous avez sûrement déjà ressenti cette agréable sensation.

Une vie dans une vie, c’est le projet est de partir 1 an à la découverte de la Nouvelle-Zélande et de ses habitants. Quand quelques semaines de voyage peuvent être ressenties comme des mois, 1 an en Nouvelle-Zélande va sûrement nous paraître comme une petite vie dans notre Vie, d’où ce nom cocasse « Une vie dans une vie » !


Départ le 12 Janvier 2016 !

A l'heure où vous lisez ces lignes, nous sommes soit sur le point de partir, soit déjà partis !
Pour suivre notre voyage, direction les News. Si vous voulez être prévenu à chaque nouvel article sur le site, direction Contact où vous n'avez qu'à nous envoyer un e-mail nous demandant d'être ajouté à la newsletter.


Qui êtes-vous ?

Nous sommes un couple de Français : Alex et Cécilia (prononcer « Tchétchilia » à l’Italienne pour les aventureux !).

Nous n’allons pas faire une longue description de chacun d’entre nous car nous n’en voyons pas l’intérêt et n’avons pas le besoin de dévoiler notre vie sur Internet, seulement notre projet de voyage, ce qui n’est déjà pas mal !

Une vie dans une vie - Nous

C’est nous !

Si vous voulez plus d’informations sur nous, n’hésitez pas à nous contacter.


Quel est votre projet ?

Découvrir la Nouvelle-Zélande pendant un an. Il s’agit d’un voyage, et non d’une expatriation : Nous ne partons pas pour booster notre carrière professionnelle, mais pour voyager. Cependant, nous comptons quand même travailler sur place pour financer notre voyage.

Une vie dans une vie - NZ flag

La Nouvelle-Zélande, ou « Aotearoa » en Maori (« Le pays du long nuage blanc »),


Voyage en pleine Nature

Bien sûr, une des facettes de ce voyage est la Nature, la découverte de la variété et de la folie des paysages du Pays. Ceux qui se rendent en Nouvelle-Zélande ne le font pas sans raison : Ils savent que c’est un Pays qui a énormément à offrir à celui qui sait apprécier une Nature exceptionnelle. Nous prévoyons, entre autres de :

Louer un van couchette pour parcourir l’île du Sud pendant au moins 2 semaines, voire 1 mois,  les cheveux aux vents et le cœur léger, si les finances le permettent bien sûr 😀 ! En effet, l’Île du Sud semble regorger de merveilles naturelles qui n’attendent qu’à être découvertes.

Une vie dans une vie - Road trip

Arpenter une partie des nombreux chemins de randonnée proposés dans le Pays pour être au cœur de ses paysages.
Plonger en mer pour découvrir les profondeurs kiwiennes.
Découvrir la faune et la flore exceptionnelle qui y vit.


Rencontres

Pour nous, découvrir un pays sans rencontrer ses habitants, c’est un peu comme manger un Baba au Rhum sans Rhum : « What’s the point ? », diraient les Anglo-saxons.
La rencontre avec les locaux, la découverte de leurs habitudes, de leur culture,  leurs opinions, sera quotidienne pour nous grâce au HelpX et au Woofing (voir plus bas).

Rencontre avec les locaux, mais très vraisemblablement aussi rencontre avec d’autres étrangers d’un peu partout, la Nouvelle-Zélande attirant des personnes des quatre coins du monde, que ce soit comme nous, temporairement, ou pour d’autres, de façon définitive.


Travail

Avant tout, nous allons en Nouvelle-Zélande pour vivre et partager une aventure, découvrir les paysages magnifiques que ce pays a à proposer et rencontrer les kiwis, surnom que se donnent les habitants. En bref, l’opportunité de vivre une expérience unique. Cependant, nous ne sommes pas les dignes héritiers de Crésus et nous avons donc besoin, d’une manière ou d’une autre, de financer notre projet tout en voyageant.

Pour mêler l’utile à l’agréable, nous ferons du HelpX et du Woofing : En échange de notre travail, des particuliers nous hébergent et nous donnent le couvert. On peut aussi bien travailler dans une ferme que dans une auberge de jeunesse, ou même sur un bateau !

Les « missions » peuvent durer en moyenne de quelques semaines à plusieurs mois et on peut être amenés à travailler de 4h à 6h par jour en moyenne, les tâches peuvent être très variées d’un endroit à l’autre mais globalement il s’agit de travaux manuels : bricolage, peinture, nettoyage, cuisine, ou pour les fermes : Le travail de la terre, semis, entretien, récolte, donner à manger aux animaux, les nettoyer, les sortir…

Notre intérêt pour le Woofing et le HelpX

Faire du Woofing ou du HelpX, c’est être intégrés à la vie quotidienne des Kiwis. Rien de mieux pour perfectionner son Anglais et découvrir le pays et sa culture « de l’intérieur », là où en touristes « standards » nous ne verrions que la vitrine.

Cela permet aussi de côtoyer des gens d’horizons très différents, promettant des rencontres enrichissantes.

Une vie dans une vie - Farmers

Enfin, le réseau étant étendu sur tout le pays, nous pouvons découvrir toutes les régions du Pays par ce biais en restant quelques temps à un endroit, puis en allant ailleurs ensuite, ce qui ne serait pas possible avec un travail « classique » sédentaire.

Financièrement, c’est aussi un bon moyen de découvrir une région sans se ruiner : Il n’y a aucune dépense pour le logement et la nourriture,  le reste servant aux « extras ».


Pourquoi vouloir partir ? Z’êtes pas bien ici ?

Cécilia : J’ai toujours aimé les voyages, l’idée de l’aventure, de l’évasion, du lâcher prise. Partir à la découverte des gens, de leur culture, des paysages, de la gastronomie 😉 (Miam miam). Nous ne sommes que de passage et le monde est si vaste qu’il mérite vraiment d’être vu, revu et exploré.

Alors quand j’ai rencontré Alex (le vagabond) nous n’avons cessé de voyager chaque fois que nous le pouvions mais nous en voulions toujours plus… Le projet de vivre pendant 1an à l’étranger est donc apparu comme une évidence en réponse à notre soif de voyage.

Pour ce qui est du choix du pays, honnêtement cela  m’était égal (du moment que la destination soit un pays Anglophone car j’ai déjà vécu 6 mois en Angleterre). Mon père dit que les plus belles plages du monde sont en Nouvelle Zélande, je lui dirai ça à mon retour 😉

Et puis, quelle plus belle preuve d’amour que de pouvoir dire à son homme : « Avec toi j’irai au bout du monde » et de le faire, vraiment, pleinement et à 100%…


 

Photo Alex et Cécilia

Nous devant notre Jet privé qui nous emmènera en Nouvelle-Zélande 😉 Photo par Anthony Monnier.


Alex : Depuis petit, paradoxalement, le piètre élève en « Histoire Géo » que j’étais rêvait de voyager en territoires inconnus. J’ai toujours été attiré par l’étranger, les cultures différentes, la découverte d’autres paysages, d’autres façons de penser, bref, des délires de gosses qui passeraient avec l’âge.. Et bien non !

J’ai adoré les voyages que j’ai pu faire avec mes parents et, dès que l’âge me l’a permis, je me suis mis à vagabonder à droite à gauche, en stop, à pied, à vélo, en voiture, en fourgon… J’ai adoré ces moments de liberté où chaque rencontre m’enrichissait et où je ne savais pas de quoi allait être fait demain. J’ai réellement fait des découvertes et vécu des moments auxquels je ne m’attendais absolument pas en partant et que je n’aurais pas pu vivre dans mon quotidien. Pour moi, le voyage ouvre réellement des portes que le quotidien ne sait offrir.

La lecture du livre « On a roulé sur la Terre » d’Alexandre Poussin et Sylvain Tesson a été une sorte d’électrochoc qui m’a poussé à barouder en Islande et en Suisse à vélo. Ces deux expériences ont été révélatrices pour moi : J’ai adoré  l’aventure, les paysages et la découverte que ces expériences m’ont données. De plus, j’ai rencontré des personnes de tous les horizons, qui m’ont une à une, enrichies.

Partir un an à l’étranger, loin de mon Pays, sans savoir exactement ce qui se passera sur place, dans une culture différente, est donc pour moi une continuité naturelle. Finalement, notre projet une vie dans une vie est un rêve de gosse qui se concrétise.


En tout cas, nous n’avons rien contre le France, nous aimons notre Pays et notre vie ici.
Nous ne partons donc pas pour fuir, mais pour découvrir.

Une vie dans une vie - Into the wild

«Lorsque je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être lorsque je serai grand. J’ai répondu « heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie» – John Lennon